Le grand virage : accélération ou sortie de route imminente ?

Une chronique parue dans Les Echos en septembre 2020.

Les employés de l’usine Bridgestone à Béthune pourraient sûrement vous le dire, le passage d’un virage s’effectue en 3 temps: détection du virage et estimation de la courbe; adaptation de l’allure et positionnement; contrôle de la trajectoire et accélération. S’agissant de leurs emplois et du destin de l’usine, une perspective qu’il semble opportun d’adopter.

Nous savons que le virage à prendre aujourd’hui est écologique et sociétal. Les entreprises doivent répondre de façon accélérée aux enjeux de « l’anthropocène », notre époque où l’activité humaine est un facteur géologique planétaire, menaçant l’écosystème complexe du vivant sur une échelle temporelle courte.

Les courbes sont exponentielles. L’impératif du changement de route va donc bien au-delà de la RSE, même étendue. Nous avons pris le grand virage de la transformation digitale, nos roues avant doivent résolument s’engager sur la nouvelle trajectoire de la transformation durable.  Certes, le virage est systémique et complexe, et l’allure doit être soutenue et puissante. Pour autant, chaque situation problématique peut être regardée sous cette nouvelle perspective.

Du reste, le plan de relance économique du gouvernement prévoit des milliards d’Euros sur l’innovation et la relocalisation industrielle, précisant « qu’il ne s’agit pas de subventionner les secteurs en difficulté mais d’investir dans l’avenir, dans l’accélération de nos transformations et de nos grandes transitions ».  En changeant de paradigme, nous pouvons transformer la crise de Béthune, les crises de nos entreprises, en double opportunité :

– « Relocaliser » le capital de l’entreprise en France et accélérer notre réindustrialisation

– Engager un projet innovant de transformation durable et assurer la pérennité de l’usine/l’entreprise et son développement à 10, 20 ou 30 ans.

La complexité de nos systèmes requiert la participation de tous pour élaborer et exécuter une stratégie de transformation durable. Trois leviers sont indispensables pour activer un dialogue et l’engagement collectif au service de cette nouvelle compétitivité : 

  • Faire appel à l’intelligence et aux compétences des plus de 850 employés de Béthune, valoriser leurs savoir-faire, leurs expériences, leurs métiers, au regard des innovations dont le monde a besoin. 
  • Ouvrir la réflexion à un écosystème plus large, avec, par exemple, Aliapur, l’organisme de valorisation des pneus usagés, et les membres du projet européen BlackCycle, lancé le 15 septembre dernier pour traiter de leur recyclage.
  • Articuler le projet avec les institutions pour accompagner le démarrage et les orientations à long terme.

Là serait un réel rebond, répondant aux besoins exponentiels d’une économie de développement durable, et aux opportunités ouvertes par la crise du COVID, que nous serions bien avisés de prendre pour point d’inflexion de notre transformation durable. Alors, accélération ou sortie de route ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close